indemnite kilometrique

Le barème de l’indemnité kilométrique bientôt relevé ?

L’augmentation constante du prix de l’essence a eu un effet canon sur le barème de l’indemnité kilométrique : désormais, les contribuables qui utilisent leur véhicule personnel dans le cadre de leur travail vont recevoir une aide financière de l’État. L’annonce du Premier ministre Jean Castex, ce mardi 25 janvier 2022, laisse penser à une prochaine augmentation du barème de 10 % à effet immédiat. Explications.

“Gros rouleurs” et hausse des prix du carburant : l’État veut réduire les frais professionnels

Après une constante augmentation des prix de l’énergie et notamment du carburant, le gouvernement a décidé de prendre le problème à bras le corps : une hausse du barème des indemnités kilométriques va être appliquée très prochainement.

Vous avez pu constater que depuis ces derniers mois, (et même ces dernières années) ” l’effet Covid” a eu une conséquence directe sur l’inflation du pays. La plus spectaculaire est la hausse constante du prix de l’énergie. Le pétrole est celui qui a le plus flambé au cours de ces derniers mois. Flirtant avec les 2 € le litre de Sans plomb 97 dans certaines régions, il devient de plus en plus compliqué pour les salariés ou indépendants “gros rouleurs” de continuer à emprunter leur véhicule personnel. 

Devant cette hausse qui ne semble pas s’arrêter, le Gouvernement a décidé d’intervenir pour donner un coup de pouce aux Français pris à la gorge par cette spirale infernale. 

Il y a peu, l’exécutif a décidé de la mise en place d’un “chèque carburant”, une aide de 100 euros pour près de 38 millions de Français en situation de revenus faibles. 

Suite à cette première aide, l’État a décidé de se pencher sur le dossier des personnes directement impactées par cette hausse des prix du carburant : les salariés et les personnes travaillant à leur compte, dont le véhicule est un outil de travail. Si vous entrez dans cette catégorie, sachez que c’est à vous que le gouvernement souhaite donner un coup de pouce.

À la suite de cette décision, le Premier ministre a donc révélé devant l’Assemblée Nationale augmenter le barème de l’indemnité kilométrique de 10 %. Cette augmentation va soulager le montant des frais professionnels des personnes utilisant leurs véhicules personnels comme “moyen de travail ou recherche d’emploi” selon les mots du Chef du gouvernement.

Infirmière libérale, demandeur d’emploi, salariés… Mais aussi le secteur des travailleurs indépendants sous presque toutes les formes juridiques : EURL, EI, SARL, SASU… 

Quasiment toutes les personnes travaillant à leur compte seront concernés par cette future mesure gouvernementale. Un soutien financier bienvenu : même si la croissance se porte bien, les frais réels, eux, sont de plus en plus difficiles à suivre.

Indemnités kilométriques à la hausse, mode d’emploi

Le Chef du gouvernement a donc proposé de valider au Sénat ce nouveau mode de calcul des frais kilométriques. Que ce soit sur l’impôt sur les revenus ou sur les bénéfices de l’année 2021, l’impact de cette indemnité sera immédiat, promet le chef du Gouvernement. 

Concrètement, comment ça marche ? Vous avez le choix entre trois cas de figure :

  1. Vous avez utilisé votre véhicule personnel dans le cadre de votre métier : un abattement forfaitaire de 10 % est appliqué automatiquement
  2. Dans la seconde hypothèse, vos frais annexes sont plus élevés que vos frais kilométriques. Dans ce cas, présentez tous les justificatifs liés à vos frais professionnels, qui seront ensuite déduits du montant de l’impôt sur les revenus
  3. Enfin, dernier cas de figure : vous avez beaucoup roulé avec votre véhicule personnel dans le cadre de votre travail. La solution proposée par le gouvernement, à savoir appliquer le barème kilométrique augmenté de 10 %, est la meilleure option pour vous 

Dans ce dernier cas, que vous soyez déplacé à vélo, moto ou auto, ce barème s’applique quel que soit le véhicule utilisé. Les indépendants à leur compte (par exemple les livreurs) ou les salariés (comme les commerciaux) peuvent bénéficier de cette augmentation. La puissance du véhicule fera la différence pour le calcul du montant de l’indemnité.

Pour savoir rapidement quelle est la meilleure solution pour vous, faites une comparaison entre le montant du barème kilométrique et 10 % du montant de vos revenus imposables. Vous avez beaucoup roulé et entrez dans la catégorie des “gros rouleurs” ? Le barème de l’indemnité kilométrique est plus avantageux dans votre cas : vous pouvez opter pour cette solution. Vous avez fait beaucoup de télétravail et vos frais réels sont plus importants ? Présentez tous les justificatifs pour pouvoir calculer la somme finale à déduire.

 Mais attention : les barèmes existants pour le calcul de vos indemnités de l’année 2021 ne sont désormais plus applicables dans votre déclaration des revenus. L’abattement forfaitaire de 10 % ne sera plus pris en compte si vous optez pour  l’application de cette prime. Vous ne pouvez choisir qu’une solution pour déduire vos frais et non les cumuler.  Pensez à bien calculer le montant de vos frais avant d’opter pour l’une ou l’autre des solutions : l’une pourrait être plus avantageuse que l’autre.

Travailleurs indépendants et salariés : deux poids, deux mesures

Si vous pensez que  tout le monde peut inclure ses indemnités kilométriques dans ce nouveau mode de calcul, sachez que… vous avez tort. Il faut nuancer cette prochaine aide financière de l’État : pas tout le monde ne peut en bénéficier. 

Ce sont avant tout les contribuables qui payent l’impôt sur le revenu qui vont bénéficier de cette aide : si vous êtes dans le cas d’un dirigeant indépendant qui vient de commencer son activité et êtes non imposable en 2021, vous pouvez passer votre chemin. 

Cette aide s’adresse avant tout aux 2.5 millions de foyers imposables des contribuables qui incluent leurs frais réels dans leur déclaration d’impôts sur les revenus.

Pourtant, cette aide gouvernementale pour les frais professionnels serait une bouffée d’air frais bienvenue pour tous les utilisateurs : le montant de cette aide boostant le barème de l’indemnité kilométrique devrait avoisiner les 150 € par déclaration. Mais hélas, dans l’univers des travailleurs indépendants, tous ne sont pas logés à la même enseigne. 

Cette augmentation du barème des frais kilométriques s’applique, on l’a vu, aux foyers imposables utilisant leurs véhicules personnels. Chef d’entreprise en SARL, EI ou EIRL, si vous entrez dans cette catégorie, pas de problèmes, vous pouvez bénéficier de cette aide du gouvernement. 

Les chefs d’entreprise indépendants sont tous inclus dans la mesure gouvernementale ? Pas si sûr :  les autoentrepreneurs sont les grands oubliés de cette aide financière. Ces derniers, à cause de la forme sociétaire particulière, ne peuvent bénéficier de cette augmentation de barème. Un auto-entrepreneur ne peut pas déduire de frais sur le compte de sa société : il est donc exempté de ce coup de pouce de l’État. 

Être à son compte n’a que de bons côtés… si on applique la règle d’or du travailleur indépendant : l’entreprise supporte tous les frais autorisés, le dirigeant se paie moins et dépense moins.

Retour en haut
Retour haut de page